Jacques le fataliste

Jacques le fataliste et son maître est un dialogue philosophique (entre Jacques et son maître) de Denis Diderot dont l'écriture s'étend de 1765 jusqu'à la mort de ce dernier en 1784. L'œuvre paraît initialement en feuilleton dans la Correspondance littéraire de Melchior Grimm entre 1778 et 1780. Elle a fait l'objet de nombreuses éditions posthumes, dont la première en France en 1796. Avant cette publication, Jacques le fataliste sera connu en Allemagne grâce, notamment, aux traductions de Schiller (traduction partielle en 1785) et Mylius (1792). Ce roman complexe, déconcertant et déroutant par ses digressions – sans doute l'œuvre de Diderot la plus commentée – puise pour partie son inspiration dans Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme de Laurence Sterne, paru quelques années auparavant (1759-1763).