L’homme, une force dans la nature

En découvrant l’agriculture, il y a environ 10 000 ans, les hommes ont assuré leur sécurité alimentaire et amélioré leurs conditions de vie. Ils ont modifié les paysages, leur donnant une beauté très particulière comme les mosaïques de champs colorés en Provence, les rizières en terrasse en Asie, le bocage de Normandie… Pendant cette lente évolution, les espèces sauvages se sont adaptées et certaines ont tiré parti des prairies ou des haies. Mais ces cinquante dernières années, par leur explosion démographique et l’amélioration de leurs techniques, les hommes ont changé les écosystèmes de la planète plus rapidement que pendant toute l’histoire de l’humanité. Trop rapidement sans doute. Aujourd’hui le rythme d’extinction des espèces serait de 100 fois à 1 000 fois plus rapide que le rythme naturel. La Terre a perdu la moitié de ses forêts originelles, la moitié de ses zones humides, le tiers de ses récifs coralliens… Des biologistes évoquent désormais une « sixième extinction de masse », comme celle des dinosaures il y a 65 millions d’années. Et cette fois-ci le principal responsable est l’espèce humaine.
Retour aux résultats