Rue du centre de l'Ariana

Photo de la rue du centre de l'Ariana, l'une des plus importantes villes de la banlieue de Tunis. La ville se trouve au nord de la capitale, à proximité de l'aéroport international de Tunis-Carthage. Le nom de la ville n'est pas un vocable arabe : elle semble en fait cristalliser un souvenir de l'occupation vandale et serait à rapprocher du latin ariani (ariens). Des auteurs du début du XVIe siècle indiquent que cette localité est alors remplie de vestiges antiques datant des Goths et des Vandales. C'est dans les environs de l'Ariana que se trouvait le parc d'Abou Fihr avec ses bosquets et ses lacs artificiels à l'usage des princesses hafsides, les poètes tunisiens ayant longtemps chanté les roses des jardins de l'Ariana. Un autre souvenir de l'époque hafside est le mausolée Sidi Ammar, tombe d'un saint mort de maladie en combattant les croisés débarqués à Carthage en 1270. Les origines de la ville remontent aux Zirides. Le souverain hafside Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir fait de l'Ariana la résidence de l'aristocratie musulmane et juive andalouse réfugiée en Tunisie au XIIIe siècle. C'est aussi le lieu où vit et est canonisé Sidi Mahrez (saint patron de Tunis). La municipalité est instituée le 1er juillet 1908.