Corrigé bac 2014 (Pondichéry) - Série ES - Philo - La justice n'est-elle que pure invention ?

La justice n'est-elle que pure convention ? Lorsque Antigone revendique le droit d'enterrer dignement son frère Polynice mort au combat, n'est-ce pas au nom d'un droit naturel qu’elle appelle « la loi du cœur » contre celle qu'elle juge arbitraire et relative de son oncle Créon, « la loi de la cité » ? Cette dernière représente la norme du juste pour les hommes alors qu'Antigone prétend se placer au-dessus pour exprimer la légitimité de son geste. La justice n'est-elle qu'une convention ou bien Antigone a-t-elle raison d'invoquer cette justice non écrite mais intangible et universelle ? Le problème n’est pas seulement de savoir si en fait (dans la réalité sociale, politique et historique) la justice est conventionnelle, mais si elle n'est que pure convention, c'est-à-dire si elle l'est toujours, en droit, par essence, par définition. Cette question de droit relève un intérêt philosophique qui exige que l'on s'interroge sur le principe même de la justice, sur son origine, indépendamment des valeurs établies par les hommes, des institutions et du droit positif, ensemble de lois établies à une époque et dans un lieu donnés. Que vaudrait la justice si elle n'était fondée que sur ce que Pascal appelle des « valeurs d’établissement », arbitraires et relatives ? A l'inverse, peut-on parler de « lois non écrites » et en ce sens quel est le fondement naturel de la justice (quid juris) qui puisse accorder la moralité et l’effectivité des lois ?

Lire

Informations :

Publieur :
Nombre de pages :
2